Don Quichotte par Michel Lagrange

 

 

Don Quichotte

Contre-courant d’un vide étrange
Et pesant comme s’il était l’ornière où la boue se concentre

Un Homme
Ou ce qu’il en reste une fois retirée l’anecdote
Un Homme en majuscule et dérision
S’avance à cheval maigre
Et fourbu de ployer
Sous le pensum des illusions perdantes

Un cavalier mis à nu par le monde et le vide alentour
Qui ont pris le pouvoir des choses

Un Homme nu
Parodie de centaure
En souvenir des lumineux matins passés
Sous les roues désaxées de l’espace et du temps

Sa nudité
Lambeaux d’un idéal
Repris par le courant des arrière-pensées

L’horizon du cheval
La mission pour laquelle il a été conçu
La verticalité de l’Homme
Épris d’une idée de Lumière
Histoire absurde et sublimée de reconquête

Le cheval une jambe au sol
Les autres suspendues dans l’improbable

Entre ciel vide et terre enlisée l’Homme
Élevant la main comme pour saisir
La récompense et le miracle

Clownesque et faraud l’Homme
En train de dépasser l’exil
Où sa raison le plonge et le condamne
Et la raison des autres

Une folie le force à choisir le galop
Plus tôt il en aura fini
Plus tôt il reviendra victorieux de l’enfer

La raison des plus forts
Est un cerceau de papier gris cendré
Qu’il déchire au galop délirant de son corps

Le monde est aux couleurs de son esprit
Au diapason du corps des choses

Son ombre est une épave insultée par les pierres
Sa lance une aiguille aimantée
Par le manque et l’excès

Sa nudité de conquérant
Fait de son corps une hostie d’offertoire
Une espérance à conquérir

J’ai croisé l’Homme
Au détour d’un chapitre obscur

Plus loin le même et le tout autre
Interrompu

Le rythme effréné l’emportait
Maintenant sa main vide est un espoir déchu

Le cheval et lui fascinés
Par la pesanteur décuplée du sol
Lance abaissée vieillard plombé
Laissant le désenchantement jouer
Majeur

Démissionné-casqué
Craignant de recevoir
Un dernier coup de constellation morte

Un Don Quichotte un autre
Un jeu d’échos
Les deux versants de nos aspirations

Entre l’illusion de victoire
Et la retraite au fond du désarroi
Même folie

Leur nudité la mienne
Et l’acharnement du destin

Cet Homme a flambé neuf
Avant que l’érosion
Ne le remette aux mains du mercredi des cendres

Errements d’un homme erratique
Et singulier-pluriel dans ses contradictions

Quand mon désir l’emporte sur la vérité
C’est la vérité qui a tort
Quand mon désir se décline au passé
C’est mon corps qui se décompose

Ne pas mentir
En habits du dimanche
Autant chevaucher nu sa rêverie morbide

Un conquérant
Du gouffre et de la cime
Un débandé
Fraternels l’un et l’autre

Dans la rubrique des « peut-être »
Entre naissance et avis de décès
Je vous prie d’insérer ceci
Don Quichotte exilé recherche une patrie perdue
Récompense à la clé

Michel Lagrange Fevrier 2018